Avantages et inconvénients de l’achat ou de la vente d’un véhicule électrique d’occasion

La technologie a l’étrange habitude de raccourcir la vie utile de la plupart de nos produits. Par exemple, ce nouveau téléphone intelligent dont l’achat vous a tant coûté fera de vous la risée de vos parents et amis dans deux ans seulement. Vous vous souvenez de cette sensation incroyable lorsque vous avez acheté ce téléviseur HDTV de 48 pouces il y a deux ans, et comme vous vous sentiez à la pointe de la technologie? Hé bien, votre voisin vient de s’acheter un téléviseur 4K UHDTV de 70 pouces qui se connecte à tous les appareils de la maison et relègue votre téléviseur au rang de vulgaire magnétoscope face à un lecteur de DVD. Et ce Nissan Leaf EV (véhicule électrique) de 2011 stationné dans votre cour?

C’est une excellente question. Qu’est-ce qu’il a de spécial ce Nissan Leaf de 2011? Ce véhicule électrique à batterie est toujours à la pointe de la technologie, mais il existe maintenant un tout nouveau Nissan Leaf sur le marché qui propose une plus grande autonomie. Et un autre Nissan Leaf est encore prévu pour l’an prochain, promettant une autonomie trois fois supérieure à celle de la version 2011.

Les progrès rapides que nous observons avec les véhicules électriques de deuxième génération ainsi que les tout nouveaux concepts arrivant sur le marché nous forcent à nous demander si les progrès technologiques des batteries électriques sont tout simplement en train de transformer nos véhicules électriques d’occasion en presse-papiers à la valeur de revente très limitée. Il s’agit d’une inquiétude fondée dans la mesure où l’angoisse de la panne sèche est l’un des principaux obstacles empêchant une meilleure pénétration des véhicules électriques sur le marché. Pourquoi vouloir conduire un véhicule électrique vieux de 5, 6 ou 7 ans et dont l’usure de la batterie limite déjà l’autonomie d’origine, lorsque les nouveaux modèles actuels réduisent fortement cette angoisse de la panne ressentie par les acheteurs?

Autonomie: usure normale de la batterie vs infrastructure de recharge

Selon les besoins du client, il existe en fait de nombreuses bonnes raisons de penser à l’achat d’un véhicule électrique d’occasion.

Lors du lancement de la Nissan Leaf en 2011, celle-ci avait une autonomie estimée de près de 120 km et Nissan annonçait alors que la batterie conserverait 70 à 80 % de son autonomie 10 ans après. Ricardo Borba a été le premier Canadien à recevoir le Nissan Leaf et a tenu un blogue pour faire part de son expérience au fil des ans. Même s’il n’a rien publié depuis plus d’un an, son dernier billet datant d’août 2017 indiquait qu’en 6 ans, il avait parcouru 125 000 km et que la capacité de sa batterie était d’environ 76 % d’une neuve. Selon l’époque de l’année à laquelle il conduisait, cet habitant d’Ottawa indiquait qu’il pouvait parcourir jusqu’à 120 km durant l’été, mais que grâce à l’augmentation du nombre de chargeurs rapides de niveau 3 dans la région, ses problèmes liés à l’autonomie étaient négligeables.

Si un Nissan Leaf ayant 6 ans peut encore offrir une autonomie fiable de 100 km, un peu plus durant l’été et un peu moins durant l’hiver, reste-t-il encore suffisamment de vie dans cette batterie pour en faire un véhicule valable pour la revente?

Si un client cherche une deuxième automobile pour conduire en ville, ou simplement pour faire des courses lorsque le véhicule familial principal est utilisé, la réponse est probablement oui. Mais si l’on considère l’importante économie du coût de recharge d’un véhicule électrique dans le pays par rapport à un véhicule à essence similaire, l’électrique possède un argument imbattable. De plus, les véhicules électriques nécessitent en général un entretien moindre, ce qui constitue un atout supplémentaire.

Valeur: neuf ou d’occasion

Cette décision est un peu plus difficile à prendre lorsqu’on considère le coût de remplacement d’une batterie usée par une nouvelle, après plusieurs années de service. Une nouvelle batterie pour une Leaf de première génération coûte environ 6000 dollars et le retour sur investissement d’une telle décision est plus incertain, à moins que le client ne prévoie de ne jamais revendre son véhicule.

Avec tous ces arguments appuyant l’idée que les véhicules électriques d’occasion constituent une option viable pour la bonne personne, on pourrait croire que le prix de revente de ces mêmes véhicules électriques est raisonnable.
La réalité n’est pas aussi simple.
Un véhicule électrique d’occasion possède de nombreux avantages pour les acheteurs, mais ceux qui cherchent à échanger ou revendre leur automobile découvrent de nombreux facteurs qui les forcent à baisser leur prix.

Pour illustrer le problème, la valeur résiduelle d’un véhicule à essence correspond généralement à 45 – 65 % de son prix d’achat après 3 ans, dans la plupart des cas. Avec les véhicules électriques, cependant, ce chiffre chute de manière vertigineuse. En 2016, une Leaf âgée de 3 ans avait une valeur résiduelle de seulement 22% dans le Black Book, et une Leaf de 5 ans tombait à seulement 11%.
Un certain nombre de facteurs contribuent à cette chute plus forte de la valeur résiduelle des véhicules électriques face aux véhicules à essence. La faiblesse de la demande constitue la principale cause, influencée par une angoisse de la panne bien ancrée. Les gains rapides d’autonomie des derniers modèles de véhicules électriques réduisent aussi la demande pour ces véhicules d’occasion, car les clients préfèrent toujours la dernière version la plus avancée de tout, indépendamment de leur besoin.

Une bonne affaire pour les conducteurs urbains
Mais tout n’est pas cependant perdu puisque la grande majorité des premiers acheteurs de véhicules électriques au Canada étaient principalement situés au Québec, en Ontario ou en Colombie-Britannique, où les rabais de taxe offerts par les gouvernements ont permis de réduire le prix d’achat du véhicule neuf, et font ainsi baisser la perte de valeur nette à la revente.
La prochaine fois qu’un client cherchera à acheter un véhicule d’occasion, n’hésitez pas à lui proposer un véhicule électrique: il pourrait offrir une option très économique avec des avantages supplémentaires comme la diminution de l’empreinte carbone et la faiblesse des frais d’entretien. Les clients qui cherchent à vendre un véhicule électrique d’occasion devront cependant considérer les avantages nets de simplement le garder aussi longtemps que possible, ou bien d’assumer la perte et d’acheter le modèle dernier cri flambant neuf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles ici

En vedette

Lire l'article

Tendances

Lire l'article

CONSOMMATEUR

Lire l'article

Tendances

Lire l'article
Previous
Article
Next
Article